pierre-etaix1

Lis, vois, aime

Share Button

Une semaine. Voire plus. 8 foutus jours que je n’ai pas écris la moindre ligne, le moindre article.

Un rattrapage s’impose. Sous la forme d’une revue de web, de tweets et de lectures de la semaine. Pas forcément des nouvelles fraiches, mais des nouvelles fortes, des coups de coeur, le genre de choses qu’on partage avec ses lecteurs.

On commence par la lecture de la semaine, un petit ouvrage sur Les films maudits rédigé par Michel Marie disponible aux éditions Armand Colin. J’avais déjà remarqué cette collection proposant un inventaire thématique de films (on trouve dans la même collection « Le peplum« , « les monstres au cinéma« , « les pin-up au cinéma« , entre autres thèmes abordés).

Mais ce titre m’a intéressé, puisque j’avais fait l’an dernier une série d’article au sujet de 3 films maudits. L’intérêt du livre et de classer les films présentés par thèmes : projets avortés (comme L’enfer ou L’homme qui tua Don Quichotte), tournages catastrophiques, remontage de l’oeuvre (comme La porte du paradis), films censurés, etc.

Michel Marie rajoute également deux catégories qui, de mon point de vue, ne font pas un film maudit : les morts d’acteurs et les auteurs ou acteurs de films victimes d’une malédiction. Grâce lui soit rendu d’avoir évité de parler des pseudo-films maudits tels que WaterWorld, pour ne citer que cette bouse.

Balayage de tweets marqués comme favoris : @franzberg (auteur du très beau Journal Ordinaire que je vous recommande) m’a envoyé cette histoire chronologique du placement produit au cinéma. Tiens, j’ai d’ailleurs appris grace au Brocoli qui tousse que Georges Méliès a été le pionnier du placement produit dans une oeuvre cinématographique (en 1906).

L’ami @NkL4 a tweeté un lien vers un documentaire réalisé à l’époque de la sortie de La Guerre des Etoiles (avant que ce film soit renommé Star Wars IV : un nouvel espoir. Beurk, quel vilain nom !). A découvrir en intégralité chez Gizmodo.

Vu sur le Net toujours : sur le site Numerama, Guillaume Champeau s’interroge sur l’influence de la qualité des bonus de dvd sur le piratage (ou pas) des films. Il suffit pour s’en convaincre de comparer les bonus proposés il y a quelques années encore aux pauvres featurettes qui nous sont proposées dans des éditions soi-disant « collector ».

On termine par les blogs et autres podcasts.

L’ami Walter Proof nous a offert en début de mois l’épisode 58 du WWSH (Walter’s Weekly SHow) où il nous parle pas mal de ciné, en particulier de The Sound of Star Wars Book et du (ou plutôt des) lion(s) de la MGM.

[Note de l'auteur -donc moi-même- cet article a été écrit avant la parution du WWSH n°59, en ligne également et tout aussi intéressant, comme tous les WWSHs - fin de la note de l'auteur -moi-même, faut-il vous le rappeler]

Belle découverte de la semaine, l’existence du blog « Il a osé ! », dont le background fera pâlir d’envie tout cinéphile qui se respecte (et je ne vous parle même pas du header !). Rémi et Félix nous dépoussièrent quelques films avec un franc parler assez jouissif (je sais, c’est le qualificatif le plus approprié, je crois, pour parler de ce blog). Non seulement, ils bloguent bien mais ils bloguent à un rythme soutenu (c’est à dire bien plus qu’une fois par semaine, rythme de « molle » croisière de votre serviteur).

Et enfin, je continue à dire le plus grand bien du fantastique « Brocoli qui tousse » qui m’épate, article après article. Les thèmes abordés sortent des sentiers battus. On y parle péplum, Méliès et Pierre Etaix. Et un blog ciné qui célèbre un film de Pierre Etaix, c’est presque aussi rare qu’un blogueur ciné disant du mal de Tron (on vit une époque formidable !).

Voilà, je ferme cet inventaire et on se retrouve très bientôt j’espère, sinon ça sera plus tard.

Tiens, MoovyMemory[Z] ne va pas tarder à souffler sa première bougie. Enfin, moi, je dis ça …

Une réflexion sur “ Lis, vois, aime ”

  1. Merci pour la floppée de liens. Je n’ai pas encore eu le temps de tout visiter. Mais j’ai pu, entre autres, découvrir le WWSH.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>